CYRIL COGNÉRAS écolo-régionaliste limousin

06 novembre 2020

Petites Lectures en Temps de Peste Pangoline

Abonnez vous à notre chaîne Youtube: Petites Lectures en Temps de Peste Pangoline.

Et découvrez tous les jours de nouvelles lectures, avec la participation de nombreuses personnalités: Justine Niogret, Nicolas Bouchard, Franck Linol, Delphine Lacouque, Aurélien Morinière, Sébastien Vidal, Guillaume Audru... et de toutes celles et tous ceux qui veulent partager de la culture en cette période compliquée. On en a toutes et tous bien besoin !

 Avec pour commencer un texte de Cécile Coulon

89647697_10158277766112342_3549671628398919680_o

https://www.youtube.com/channel/UCwczoPT0IzUnB1d-LdmZhZw/

Posté par Cogan à 14:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 septembre 2020

J’appelle à ne jamais se résigner, à continuer à se battre

Mes ami-es,
la défaite à Limoges a été pesante pour moi, n’ayant eu de cesse de travailler à l'union de la Gauche et des écologistes. Tout comme certain-es d'entre vous, j’ai espéré faire en sorte que nous puissions à Limoges comme à Tours, Bordeaux, Rennes, Lyon, gagner ensemble.
Faisant fi des divergences et des inimitiés personnelles, j’ai travaillé en vain pour que le dialogue soit possible, il m’a fallu du temps pour digérer cela.
De fait, le résultat de juin dernier a été pour beaucoup de limougeaudes et des limougeauds une très mauvaise nouvelle. Je vais y revenir.
En politique, il faut deux choses, des convictions et des principes.
Pour les premières, je les ai bien ancrées : Je suis d’abord de Gauche puis écologiste. Ainsi je me définis comme
- Un écosocialiste (c’est à dire en rupture totale avec le productivisme et le capitalisme qui détruisent la planète).
- Un régionaliste occitan (c’est à dire en rupture avec la conception de l’état-nation et son centralisme)
- Un républicain (donc attaché aux valeurs de Liberté, d’Égalité, de Fraternité et de Laïcité).
Pour les deuxièmes, j’en compte trois essentiels :
- Ne jamais quitter son camp (donc œuvrer à l’union de la Gauche et des écologistes, particulièrement face à la Droite et l’Extrême Droite).
- Faire passer les idées avant les places. Et là, à ceux qui croient que je suis ambitieux, je rappelle que je n’ai jamais fait autre chose que cela, si j’avais fait le contraire, j’aurais sans doute fait une « carrière » mais moi, je peux me regarder dans la glace.
- Être loyal (cela ne signifie pas rester dans un parti quand on n’est plus d’accord, cela signifie que lorsqu’on porte un projet aux élections, on va jusqu’au bout même quand on sait que la bataille est perdue, par exemple).
Aujourd’hui la jeunesse a compris que le Climat était l’enjeu important, une partie de la Société la rejoint en exigeant que la Justice Sociale soit au cœur d’un nouveau projet. D’où des poussées électorales et des victoires écologistes mais surtout des unions de la Gauche dans de nombreuses villes. Cela a pu se vérifier aux Sénatoriales où les reports ont fonctionné face à la Droite sauf… en Haute-Vienne ou enfin si, car malgré le maintien d’EELV, totalement injustifiable, le rassemblement a permis de battre la Droite.
A celles et ceux qui croient qu’on peut gagner tout seuls, sans le PS qui presque partout donne enfin des gages d’un renouvellement et d’une remise en question nécessaire (les fautes commises durant le quinquennat Hollande sont impardonnables mais elles ne sont pas l’œuvre des dirigeants socialistes d’aujourd’hui), je dis, vous vous trompez (et la victoire à Poitiers est l’exception qui confirme la règle dans un contexte purement local).
En 1936, en 1944, en 1953, en 1981, c’est l’unité qui a forgé les plus belles pages de notre histoire. La majorité des électeurs de Gauche pense cela, que nous sommes en minorité aujourd’hui dans un monde qui véhicule des idées de haine, d’individualisme et de cassure du pacte social et républicain.
La majorité des électeurs de Gauche, l’écrasante même, pense que l’Écologie est essentielle aujourd’hui, que les vieilles maisons, PS et PCF, doivent s’adapter.
La majorité des électeurs de Gauche veut qu’en 2022, Macron soit battu et qu’on évite Le Pen. Cela ne sera possible que si, dans le respect des identités de chacun, on sait dialoguer et créer les conditions d’une large majorité.
Alors plus près de nous il y a les Départementales et les Régionales, les rancœurs sont (au vu de l’attitude d’EELV) encore là et de sincères questionnements demeurent vis à vis de LREM ici ou là (pour moi la question doit se trancher vite, aucune alliance n’est possible avec les soutiens du gouvernement actuel et ce sans exception). Les pertes de Limoges et d’autres communes sur notre territoire (je pense à Panazol mais aussi à Guéret), si elles ne sont pas toujours dues à la désunion , celle-ci y a contribué et aujourd’hui ce sont les gens, dans un contexte sanitaire déjà très déprimant et difficile (économiquement et culturellement), qui en souffrent. Je parle bien sûr des plus démunis que la municipalité de Limoges ne veut plus voir. Engagé fortement dans l’action sociale, je vois les dégâts sur les populations les plus fragiles tant de la politique gouvernementale que de celle menée ici par la Droite.
J’appelle donc à ne jamais se résigner, à continuer à se battre et à tendre la main aux militant-es et aux activistes qui se veulent un monde meilleur.
Je suis avec elles et avec eux.

 

 

87154803_10221419107655818_5634101024735100928_n

Solidairement,

Cyril Cognéras

Porte-Parole d’Archipel Citoyen Limousin

 

Posté par Cogan à 07:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 juin 2020

15 Minutes pour voter

15 Minutes pour voter

 

Dimanche 28 Juin à Limoges comme dans encore beaucoup de communes il faudra aller voter.

Pourquoi me direz-vous?

Pour 3 Raisons:

- Pendant 6 ans la Municipalité de Droite a mis en place une politique de «casse».

Elle a fragilisé voir exclu les plus démunis, en remettant en cause le logement social, en marginalisant un peu plus les quartiers populaires, en ne protégeant pas la population des politiques libérales destructrices menées par le gouvernement, rôle d’une mairie !

Mais aussi en cassant la Culture : Musique (Pas moins de 4 festivals ont été arrêtés soit directement par la volonté de la ville, soit indirectement pas refus d’aide ou assèchement des subventions : LAF, Musiques au Musée, Journée urbaine, Lost in Limoges), Théâtre (une des salles va fermer et la mairie actuelle n’offre aucune solution), Musées et Médiathèque rendus payants (et ce n’est pas les 2 prochains mois rendus gratuits par pur électoralisme qui trompent les gens)… Sans Culture comment espérer une ville chaleureuse et ouverte ?

Et plus globalement en s’en prenant aux équipements et associations, particulièrement des quartiers (commission donnée au FN, fermeture de la piscine de Beaubreuil et d’un centre social , baisse générale des subventions)…

Beaucoup d’effets d’annonce sur l’environnement, peu de réalisations, voire une aggravation avec la minéralisation du centre-ville accentuée. Sans oublier la fermeture de 3 écoles et une autre programmée...

 

- Pendant 6 ans, les effectifs de Police Municipale ont augmentés mais pour en faire une police qui s’en prend aux plus pauvres, qui ronde en véhicules autour des immeubles non pas pour éradiquer la délinquance (car cela demande un travail de fond et de concertation) mais aggravant le sentiment d’insécurité et 30 recrutements de policiers sont encore prévus .

Nous défendons une autre conception, celle d’une police de proximité, qui connaît les gens, protège les femmes des violences et travaille en concertation avec les associations et les commerçants. Là où déjà frappe sévèrement l’injustice, la place n’est pas à la répression mais à plus de lien social !

 

- NOUS voulons une ville qui protège face aux risques (sanitaires, climatiques, sociaux), nous voulons une mairie citoyenne (conseils de quartiers avec budgets participatifs, maison commune où tou-te-s seront écouté-es, consultations…), nous voulons une ville plus VERTE, plus ouverte, fière de son Histoire et inscrite dans l’avenir et le territoire. Nous ne voulons laisser personne au bord de la route. C’est cela être de Gauche!

 

Alors dimanche, je vous demande 15 minutes, pour aller voter, notre liste menée par Thierry MIGUEL, rassemble des militant-es de mouvements politiques et d’associations, des écologistes, des syndicalistes… 15 minutes pour redonner la place à la Culture, à la Solidarité, à l’Écologie dans cette ville de tradition ouvrière. Et aussi parce que vous savez que je serai un élu à vos côtés dans les luttes sociales, dans la promotion de la diversité culturelle et auprès des plus démunis.

89532068_10158858774983561_222248198037569536_n

Posté par Cogan à 16:36 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

10 février 2020

La campagne électorale est lancée

La campagne électorale est lancée à Limoges comme ailleurs. Mais ici le traditionnel affrontement Droite-Gauche prend un sens particulier, tant la victoire du candidat LR Roger-Emile Lombertie en 2014 faisait figure d'accident après une gestion PS de preès d'un siècle. Les choses ont changé,et par certains côtés tant mieux, entre autres la fin de l'hégémonie d'un parti qui localement comme nationalement s'était nécrosé. Ici il y a eu incontestablement une remise en question puisqu'aucun des 8 sortants PS ne se représentent.

Le bilan de la Droite lui est fait de tape-à-l'oeil (rénovation des Halles et de 2/3 rues du Centre-Ville, un marché de Noël énorme, des travaux place de la Rép qui avant était minérale et moche pour devenir minérale et moche, une intervention cosmétique à la Bastide) et de coups portés à la Culture, au vivre-ensemble, au social (baisse des subventions aux assos, flinguage de 2 festivals, augmentation effectifs de police municipale, collusion avec l'extrême droite à plusieurs reprises, inversion de la politique en faveur du logement social, musées et médiathèque rendus payants, abandon de Beaubreuil et de l'Aurence, fermeture de 3 écoles, d'1 piscine et d'1 centre social...) sans oublier le refus de rentrer en communauté urbaine, par esprit de vengeance contre les élus de la périphérie socialiste qui a fait perdre des centaines de milliers d'euros à la ville...

Alors oui après des discussions compliquées avec EELV et les Insoumis qui veulent se compter, avec mes ami-es écologistes, syndicalistes, occitanistes de l'Archipel Citoyen Limoges et des autres collectifs nous sommes resté dans le rassemblement avec le PCF, le PS et l'ADS. Je suis désolé qu'il n'y ait pas eu d'accord mais la liste aujourd'hui menée par Thierry Miguel est celle d'un large rassemblement de mouvements et de personnalités pour "des jours heureux" à Limoges.

C'est d'abord une rencontre pour moi, celle d'un ancien fonctionnaire de police avec l'écolo-régionaliste que je suis, si nos cultures politiques sont différentes, nous partageons de nombreuses valeurs et singulièrement un goût commun des beaux textes et du théâtre.

Nous avons en commun le sens du service public, du progrès social et de l'ouverture aux autres.

Ces derniers jours connaissant mon engagement, des militant-es sont venus me parler dans les cortèges contre la réforme des retraites ou lors de manifestations culturelles. Et la plupart comprenant notre démarche ont ces mots "si toi tu y crois alors on te fait confiance, on sait que tu ne fais pas de la politique pour toi mais pour des idées, pour les gens." Et ça fait chaud au coeur, faisant oublier les quelques attaques adverses.

Oui j'y crois, je crois qu'on peut avoir une mairie et une agglo de gauche qui redonnent aux habitant-es l'envie de vivre ensemble, la fierté d'être de ce territoire, l'objectif de réussir une transition écologique et sociale...

Oui j'y crois, parce que Limoges a des atouts et une mouvance culturelle qui ne demande qu'à développer son action.

Oui j'y crois, car les quartiers sont aussi des lieux de mixité à reconstruire, des emplois possibles et de la confiance à rétablir!

Oui j'y crois car Thierry Miguel est à la tête d'un collectif large de volontés et de compétences, issues de plusieurs sensibilités de la Gauche et de la Société.

Oui j'y crois et nous pouvons gagner !

bandeau-site-internet

 

Posté par Cogan à 14:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 janvier 2020

Ce que je nous souhaite

Adishatz,

 

Fourbus, ébahis, à peine remis des festivités familiales et amicales qui ont coutume de clore le calendrier, on assiste à l’incendie incontrôlable d’un pays entier, l’Australie, et à une escalade militaire au Moyen Orient orchestrée par un des fous qui dirigent notre planète…

Dans ces conditions souhaiter une bonne année aux gens relève soit de l’hypocrisie soit de la gageure, je choisis la deuxième option.

Je nous souhaite à toutes et tous, du courage pour affronter les temps à venir, sombres des fumées australiennes, sibériennes et amazoniennes mais aussi des ruines noircies, des cris de douleur et des désastres inhérents à toute guerre. Car vouloir protéger notre Terre par l’écologie et le pacifisme est le B-A-BA de toute personne sensée.

Je nous souhaite de la volonté pour résister massivement aux attaques menées par un gouvernement français aux ordres des lobbies et à l’idéologie ultra-libérale. Défendre les conquêtes sociales de nos aîné-es, préserver notre service public, notre système de retraite, de santé, d’éducation, de sécurité sociale, protéger les plus démunis. Pour cela il faut lutter, s’organiser, partager, élargir les cadres, fédérer les combats sociaux, valoriser les utopies sources d’inspiration et d’espoir...

Je nous souhaite de l’ambition pour refonder une République forte de ses valeurs où les mots sacrés ne seraient plus vains, où la Liberté de venir et de vivre pour des migrants ne serait plus entravée, où l’Égalité entre les femmes et les hommes seraient effective, où la Fraternité, cette valeur qui grâce à la Laïcité et l’Humanisme permettrait à toutes et tous de vivre ensemble sans haine, racisme ou défiance quelque soit sa couleur, son orientation sexuelle, sa religion, sa langue…

Je nous souhaite enfin de l’Amour et du Bonheur par le respect et la curiosité envers les autres, le goût des choses simples autant que de l’Art le plus élaboré, la fierté d’appartenir à une culture et d’en faire vivre la langue, la musique, et la joie de moments partagés avec ceux qu’on aime, tout simplement.

Je souhaite à toutes celles et à tous ceux qui souffrent dans leur cœurs et leur chairs, de trouver apaisement et soutien, à toutes celles et tous ceux qui veulent construire avec nous une autre société, de la réussite et en cette année d’élection, où je serai modestement candidat, je souhaite la victoire des idées de justice sociale, de transition écologique, de démocratie renouvelée.

 

En ce jour anniversaire de deux de mes idoles, Greta Thunberg et JRR Tolkien, l’une défend la planète, l’autre promouvait le rêve, je vous dis donc qu’en 2020, je serai avec vous dans les luttes pour un monde meilleur, dans l’espoir et dans la volonté.

 

"Ceux qui errent ne sont pas toujours perdus." JRR Tolkien

Well I am telling you there is hope. I have seen it. But it does not come from governments or corporations. It comes from the people.” Greta Thunberg

BONA ANNADA, BLOAVEZH MAT, BONNE ANNÉE

 

cyril che

Posté par Cogan à 13:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 décembre 2019

Bon Nadau a tots

Bon Nadau, Nedeleg Laouen,Feliç Nadal, Feliz Navidad, Nollaig Shona Duit, Nollaig chridheil agus bliadhna mhath ur

80480430_1112807229081277_5736172189539893248_o

Posté par Cogan à 14:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]

31 juillet 2019

Appel pour un projet écolo, citoyen et unitaire à Gauche dans l'agglo de Limoges

A Limoges comme ailleurs les résultats des élections européennes interpellent.

Les élections du 26 mai ont ouvert de nouvelles possibilités que nous devons saisir pour offrir une alternative au face-à face qui oppose l’ultra-libéralisme à l’extrême-droite.

Premier enseignement : malgré l’évidence, la Gauche a continué à s’affaiblir à cause de son extrême division. Il ne faut pas reproduire le même phénomène aux Municipales.

Deuxième enseignement : Le vote écologiste aux européennes, dans sa diversité a été porté par les mobilisations citoyennes en faveur de la santé publique, pour une meilleure qualité de l’air ou contre l’usage de pesticides, les combats pour la justice climatique et les fortes mobilisations de la jeunesse, la défense de la condition animale, le refus des projets coûteux et inutiles…

Troisième enseignement : les mobilisations féministes pour l’égalité des droits, syndicales en faveur des services publics, populaires comme celle des gilets jaunes, citoyennes aux côtés des migrants ou contre les réformes de l’éducation de la maternelle à l’Université, attestent de profonds déséquilibres sociaux ici comme partout en France. Il y a urgence à faire émerger une écologie sociale et populaire sur le terrain politique .

Nous nous réjouissons du succès de l’écologie sur le terrain électoral. Mais nous savons aussi d’expérience que cette poussée reste fragile et qu’il faut transformer l’essai.

Nous n’avons pas d’autre choix : l’écologie doit marcher sur ses deux jambes (Sociale et Environnementale) si nous voulons bâtir une alternative citoyenne, culturelle et populaire au néo-libéralisme, clairement ancrée à gauche .

A Limoges comme ailleurs, le temps n’est ni aux tergiversations d’appareils, ni à la quête d’une illusoire hégémonie d’un parti, quel qu’il soit. L’heure est à la mobilisation large de toutes les forces et de celles et ceux qui veulent inverser le cours des choses. Travaillons à l’émergence d’une dynamique locale unitaire au service de la justice sociale, de la planète, et d’un mieux vivre ensemble.

Nous sommes convaincu·e·s que c’est au niveau local que tout se joue.

C’est au niveau local que nous pouvons rassembler et mobiliser au plus près des aspirations de chacun·e.

C’est au niveau local que nous pouvons rompre avec les logiques économiques et industrielles qui nous poussent vers le désastre climatique.

C’est au niveau local que nous pouvons construire de nouvelles solidarités dans une ville égalitaire, inclusive et plus humaine.

Femmes et hommes de bonne volonté, citoyen·ne·s engagé·e·s, écologistes, régionalistes, militant·e·s de gauche, syndicales·aux ou associatif·ve·s, nous appelons toutes celles et tous ceux qui partagent ces constats et ces envies à :

• se retrouver afin d’échanger sur ce qui nous rassemble plus que sur ce qui nous sépare
• travailler à l’élaboration d’un projet municipal et métropolitain pour l’avenir
• préparer
une alternative unitaire, citoyenne, écologiste, féministe, sociale et populaire pour les élections municipales de mars 2020

Ensemble construisons l’Écommunauté de Limoges.

Premières signatures:

Anouk Artiaga (militante communiste), Philippe Aubisse (Maire-adjoint de Solignac), Lucie Bachelet (militante Génération.s), Nicolas Bartowsky (auteur, militant associatif), Thierry Berger (militant Génération.s), Martine Binet (militante Génération.s), Alexis Bordas (militant associatif), Jade Bouchard (infirmière, syndicaliste), Nicolas Bouchard (écrivain), Simon Boucher (artiste), Boris Bournazaud (fonctionnaire), Maxime Caillon (syndicaliste, occitaniste), Mathieu Cauzzi (militant politique), Antonin Chabillan (militant culturel, technicien du spectacle), Gabriel Clausse (militant associatif), Jean-Pierre Clausse (militant altermondialiste), Eric Cluzeaud (militant Génération.s), Cyril Cognéras (syndicaliste, militant écolo-régionaliste), Yann Denichou (militant communiste), Philippe Devilard (fonctionnaire territorial), Jean-Christophe Dourdet (militant animaliste, occitaniste), Barbara Driss (militante associative), Axel Fournier (militant associatif), Dominique Fourtune (Conseiller Municipal du Palais/Vienne, Énergéticien), Thomas Fredon (militant associatif), Nicolas Frugier (militant associatif), Julia Laborie (militante animaliste), Alain Lafaye (fonctionnaire ministère de la Culture), Gwendoline Lavaud (étudiante, écologiste), Jean-Charles Lavaud (entrepreneur), Laurine Lavieille (autrice), Sylvain Le Roux (entrepreneur, militant écologiste), Franck Linol (écrivain), Julia Malinvaud (enseignante, syndicaliste), Patrick Pelleau (syndicaliste), Jorgina Pina (monitrice éducatrice), William Pinaud (Chef de projet Web), Laurent Piquet (citoyen), Guillaume Planche (militant culturel), Valentin Pothée-Bastié (militant communiste), Sébastien Poujade-Lacan (web-entrepreneur, militant culturel, écologiste), Michel Reberat (militant Génération.s), Claire Tuyeras (rédactrice, militante associative), Frédéric Valbin (écologiste de Gauche), Alexandre Vauzelle (salarié, acteur de la scène culturelle)

Pour signer et nous contacter : archipelcitoyenlimoges@gmx.fr

fleur-simple-17906-660x400

 

Posté par Cogan à 11:40 - - Commentaires [9] - Permalien [#]

26 juin 2019

Ce serait plus simple ?

Limoges, le 26/06/19

 

Ce serait plus simple…

Oui, ce serait plus simple, pour moi, d’attendre tranquillement que d’autres agissent à ma place.

Ce serait plus simple de rester chez moi et de me consacrer aux personnes que j’aime, à l’écriture et à la musique, mes ennemis seraient ravis, mes faux-amis aussi…

Mais voilà, je me sens responsable…

J’ai été cadre politique à EELV et ce parti m’a déçu mais le combat écologiste, lui, est plus que jamais d’actualité.

Je suis élu CGT, et même si je suis critique parfois, la lutte sociale aujourd’hui est capitale face aux régressions engagées par le Gouvernement.

Je suis un ancien élu municipal et à ce titre je confesse des erreurs par naïveté mais j’ai une bonne idée de ce qu’une mairie citoyenne doit être et comment elle doit fonctionner.

Aujourd’hui les périls sont nombreux : Climat, replis identitaires, racisme, reculs sociaux, extinction des espèces, sexisme…

Face à ces dangers le camp du Progrès, celui incarné par des figures passées de Louise Michel à Mendès-France en passant par Jaurès, Blum, Zay, Dumont etc … est devenu, après les échecs de la Social-démocratie, un champ ruines.

Chaque groupe se croit meilleur que l’autre : communistes, socialistes, écologistes, insoumis…

Quelle irresponsabilité face aux menaces qui font déjà vaciller le Monde ! Quelle irresponsabilité face aux Ultra-libéraux qui saccagent jusqu’au dernier bout de terre, dernier bout d’océan, dernier oiseau… Quelle irresponsabilité devant des groupes populaires fracturés artificiellement dont certains sont prêts à se jeter dans les bras du Fascisme Soft de Le Pen ou du Communautarisme dans certains quartiers…

Alors elle est où la République ? Elle est où La Gauche ?

J’ai 47 ans et ce serait oui plus simple de laisser tomber mais voilà je ne m’y résouds pas, non par ambition personnelle car franchement la lutte fatigue et use moralement, mais parce que justement le combat pour la Planète et la Justice Sociale est plus important que nos petites personnes, que nos querelles individuelles ou de virgules entre partis souvent inaudibles de la majorité de la population.

Pour cela, à ma place, modestement mais sûrement, j’ai accepté de participer à des initiatives nationales (Pour une Écologie Populaire et Sociale avec Elise Lowy et Sergio Coronado, Big Bang avec Clémentine Autain) et locales (Archipel Citoyen Limoges, Fabrique Citoyenne) et donc apparaîtrai en ce sens avec celles et ceux qui veulent que ça bouge, à Gauche, avec l’Écologie partout.

Ce serait plus simple ? Non c’est le moment de nous unir, de nous confronter aux problèmes et de réussir à inverser leur logique.

En avant !

 

Cyril Cognéras

militant

23505_1257915443553_1099629530_30603558_8249845_n

 

Posté par Cogan à 15:53 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

07 janvier 2019

2019

Bona Annada, Bloavezh Mat, Feliz Año Nuevo, Happy New Year

49492206_10157751973333561_981784800371146752_n

Posté par Cogan à 23:12 - Commentaires [1] - Permalien [#]

17 octobre 2018

Du droit et du devoir d'être insurgé ou insoumis

D'ici quelques jours, le soufflet retombé d'une actualité parfois tellement brûlante qu'elle se télescope, chacun pourra peut-être discerner la vérité dans l'imbroglio médiatique et le factuel caché entre pittoresque et violence...

Le même jour: un nouveau gouvernement, dont un nouveau ministre de l'Intérieur qui va en moins de 24h montrer son incurie et son incompétence alors qu'il occupe le poste le plus important, une opération policière massive concernant la France Insoumise et le Parti de Gauche sur des histoires de financement (assistants au Parlement Européen et campagnes), tout cela couronné d'une intervention fort pâlotte du Président Macron...

Bon restons en aux faits:

- La perquisition chez JL Mélenchon, aux sièges des mouvements (PG, FI) et chez les assistants est légale

- La procédure sans Juge sur ordre et en présence uniquement du procureur est a priori légale

- JL Mélenchon avait le droit de filmer (mais en faisant cela il filme des fonctionnaires de police)

- JL Mélenchon avait le droit d'appeler à un rassemblement devant le siège de la FI

- JL Mélenchon et ses coillègues députés bénéficient de l'immunité parlementaire cela ne s'applique pas aux assistants et cela n'interdit pas aux policiers de "le toucher", la référence à l'aspect "sacré" de sa personne est romaine mais n'a aucune justification en droit actuel

- JL Mélenchon et ses amis n'avaient pas le droit d'interrompre par la force une perquisition à leur siège, ni de s'en prendre à la police et encore moins à un procureur. Des poursuites vont être engagées contre eux. L'immunité protègera les députés mais pas les militnts.

- Le procureur de ces affaires n'a pas été nommé par Macron ou Castaner mais avant 2017

- Le télescopage des dates est involontaire vu que la perquisition était prévue avant la démission de Collomb.

- Le député Djebarri accuse les militants FI d'avoir pousser des policiers au sol, c'est faux même s'il y a eu des coups échangés.

- Cette affaire n'est pas une première sur le fond, depuis 1992 de nombreux sièges de partis, voire des bureaux d'élus, des domiciles de politiques ont été perquisitionnés (PS, RPR, FN, Modem, PCF, UMP, PRG, Sarkozy, Dassault, Fillon...). Par contre, elle l'est par son ampleur (une centaine de policiers mobilisés).

Maintenant, subjectivement:

- Tout cela entre en résonnance avec la stratégie de désigner un adversaire unique pour Macron: les populistes (ou ceux qu'il définit comme tels, RN ex-FN et FI)

- Mélenchon en filmant le matin chez lui se victimise et de fait a raison de dire que c'est une perquisition politique.

- Mélenchon en envahissant le siège de la FI pendant la perquisition et en insultant, menaçant les policiers puis s'en prenant physiquement au procureur fait une déclaration de force face à l'état de droit... Alors là...

- Je ne suis pas le dernier à dénoncer (en ce jour anniversaire de la tuerie du 17 Octobre 1961) les violences policières au nom du principe de Liberté. Et pour ma part je suis un partisan de la désobéissance civile et de l'action non-violente donc aller enfoncer une porte protégée par des policiers n'aurait de sens pour moi que si ceux-ci étaient en train de commettre un acte manifestement illégal ou amoral (perquisitionner un parti politique n'est ni l'un ni l'autre, détruire des cabanes de zadistes, expulser des sans-papiers ou protéger des champs d'OGM est amoral, protéger des devantures de banques peut être amoral, s'en prendre à des lycéens en grève assis ou à détruire des banderolles non-discriminantes dans une manif est illégal et je ne parle pas des tirs injustifiés, du massacre d'Ouvéa, des étouffemets à l'arrière d'un fourgon ou dans une gendarmerie etc...)

- Bref l'hystérisation et la caricature ne rendent pas service à la Démocratie, l'excès de violence policière comme les nominations de procureurs sont dommageables à la conception que je me fais de la République...

Alors ensuite me direz vous, Vichy était légal, ses lois étaient légales: dans le contexte d'un prise de pouvoir, le système se donne un cadre, il est juridiquement fondé mais pour autant il ne devient pas légal car a posteriori, la France Libre à Londres et le Comité Provisoire à Alger ont considéré comme nul et non avenu l'Etat Français et la plupart des ses lois (gardant certaines dispositions: Police Nationale, Licence IV, partition bretonne...). On peut dire la même chose du Reich etc...

L'idée de Morale Républicaine est importante, elle renvoie à des concepts anciens et relire Montesquieu ou même Platon serait utile.

Donc je comprends le sentiment d'injustice dans le traitement: les affaires concernant Macron (Lyon, Benalla...) vont mettre longtemps à être examinées et le risque que cela finisse en non-lieu est fort.

La FI a raison de vouloir poser le problème politique mais elle n'est pas toujours aussi véhémente pour certaines causes, il faut dire que j'ai vu de mes yeux à la ZAD des militants FI se faire huer par des zadistes et bousculer par des militants bretons, pareil lors d'hommages à Clément Méric à Paris...

Mélenchon, l'ancien ministre n'est pas le bienvenu partout et à force de vouloir incarner l'héritage républicain de Jaurès et Mitterrand en même tant que l'esprit révolutionnaire de 1792, ça devient difficile.

"Je suis un insoumis" criait Gainsbourg, moi je suis prêt lorsque ce sera nécessaire à être un insurgé comme en 1871 à Paris ou en 1936 à Barcelone (où a été tué un de mes parents). En attendant, moi le militant antifasciste (et là par contre la confrontation physique est nécessaire parfois), le syndicaliste (solidaire des militants qui se défendent face à la repression), je reste fraternel avec les camarades insoumis légitimement en colère face à un pouvoir et un gouvernement particulièrement cruel envers les réfugiés mais aussi les petites gens, les jetant dans les bras de l'extrême droite...

La lutte continue, camarades gardez espoir.

26169720_1960654840626163_5518301074243637072_n

Posté par Cogan à 19:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]